Le blog de l'AMAP de Treillières

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 28 juin 2016

NDdL 2016 9-10 juillet : Semailles de Démocratie...

Jamais la Démocratie n'a été une exigence plus impérieuse qu'en cette période où nous lançons notre rassemblement 2016 !

Comme les années précédentes, la Coordination des Opposants* s’adresse à toute la population de la région, comme à tous les militants, toutes les organisations locales, nationales… et au-delà, engagés avec elle dans la lutte contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Elle les invite à partager ce moment fédérateur et convivial, démonstration et point d'appui d'une mobilisation intacte, et plus que jamais nécessaire, pour que vivent ce territoire et les alternatives qui se développent sur la ZAD.

Dans la période actuelle, le thème de la démocratie s'est imposé à nous de manière évidente, bien que nous travaillions sur cette exigence depuis plus de 15 ans maintenant.

Un déni constant de démocratie de la part des porteurs du projet : Mensonges, manipulations, faux semblants...!

Les citoyens ont mis à jour et démonté les différentes arnaques, sans que soient troublés le moins du monde les politiques porteurs du projet qui les fomentent (cf La fabrication d’un mensonge d’Etat – F Verchère – Editions Tim Buctu).

La loi sur l'eau est ouvertement bafouée par les propositions de « compensation » de la société Aéroports du Grand Ouest : la méthode a été retoquée par toutes les autorités scientifiques locales et nationales. Peu importe, ils n’en tiennent pas compte car ces avis sont purement consultatifs, mais alors pourquoi les avoir demandés ?

La Commission Européenne demande l'évaluation globale des conséquences environnementales du projet mais elle semble accepter de se contenter d'un document annexe au Schéma de Cohérence Territoriale (actuellement en révision) qui serait peu contraignant et qui relèverait de la préconisation....

La machine administrative continue à jouer son rôle de rouleau compresseur pour permettre, parait-il, les expulsions à l'automne, tandis qu'une improbable « consultation » surgie de nulle part court-circuiterait les procédures en cours, légitimerait le projet et exonérerait Hollande de tenir sa parole !

C'est le mouvement d'opposition qui porte l'exigence démocratique : Alors STOP à leur « pseudo-démocratie » !

Comme répété mille fois, nous voulons pouvoir décider de nos véritables besoins, pas seulement locaux, des différentes alternatives capables de les satisfaire, de l'usage de nos fonds publics, de la préservation de nos cadres de vie. Nous en avons montré la capacité, nous avons fait des propositions d'alternatives, par le biais de l'Atelier Citoyen et d'autres manières.

La démocratie que nous voulons, nous la mettons déjà en œuvre lorsque nous travaillons sur les dossiers, lorsque nous faisons des propositions à la Commission Nationale de Transition Écologique pour l'amélioration des procédures de débat public, propositions louangées... et immédiatement ignorées.

Et plus largement, nous posons la question de nos Droits humains fondamentaux (Santé, Éducation, Logement, etc ), alors que la triste actualité nous démontre que leur déconstruction est en marche. La lutte de Notre-Dame-des-Landes, comme d'autres contre des Grands Projets Inutiles Imposés, sont autant de catalyseurs pour un retour aux valeurs de justice et de solidarité qui sont les nôtres.

Il y a cinq ans, à l'été 2011, nous avions placé notre rassemblement sous l'égide « Pour un autre choix de société ». C'est encore à mettre au présent.

Partageons nos travaux et réflexions sur l'avenir !

Tout ce que nous avons appris à partir de cette lutte, tout ce que nous avons découvert ensemble tels d'autres moyens de fonctionner, d'avancer, nous vous invitons à le partager et l'enrichir les 9 et 10 juillet

À nous de définir les alternatives que nous voulons mettre en place ! Imaginons collectivement et faisons le savoir ! C'est le ((/public/.affiche-ndl2016-500_m.jpg|moment de réinventer la démocratie que nous voulons, pas celle des actionnaires de Vinci et des politiques à leur service ! Ni expulsions, ni travaux, ni aéroport !

* La Coordination des Opposants est constituée de plus de 50 groupes : associations, collectifs, syndicats et mouvements politiques qui travaillent ensemble mensuellement.

affiche-ndl2016-500.jpg

samedi 2 avril 2016

24 mars : rencontre avec des habitants de la ZAD de NDdL

Papier publié dans l'édition Nord-Loire de Ouest-France du 30/03/2016

Plus de 200 personnes découvrent une autre image de la Zad

Un collectif d’associations (Acipa, Amap, Copain, Comité cantonal anti-aéroport, Vivre à Treillières) proposait, vendredi, une rencontre avec des habitants de la Zad de NotreDame-des-Landes. Malgré la concurrence d’un match de foot international télévisé, plus de 200 personnes ont répondu à l’invitation. Comme à La Chapelle-sur-Erdre, il y a quelques semaines, la démarche répond visiblement à une attente de la population. La projection du film Une réponse à la Cop 21 et à son monde : Construire la Zad (1) permet de lancer un débat riche en découvertes pour nombre de présents. Les « zadistes » répondant sans tabou ni faux-fuyant aux interrogations du public.

Un univers structuré

Située aux confins de Treillières, la Zad est une micro société et un laboratoire d’idées alternatives, constitués de quelque 60 lieux de vie et 200 résidents permanents répartis sur environ 1 600 hectares. « Oui, il y a parfois des dérapages, comme partout ailleurs » , confie Michel. Loin des clichés et des rumeurs, on prend conscience d’un univers structuré où s’activent des éleveurscultivateurs exploitant 220 hectares de terres agricoles. On y trouve aussi une auberge, une scierie, une conserverie, une boulangerie, un atelier mécanique et un marché. Ancien enseignant ou ingénieur, étudiante aux Beaux-arts ou salarié d’une entreprise nantaise, ils expliquent leur démarche. « Pour moi, tous les curseurs de notre société (économie, environnement…) sont au rouge. Il faut s’engager sur d’autres voies que nous expérimentons. » Quid de l’avenir de la Zad après le référendum ? « Si c’est non à l’aéroport, nous resterons, bien sûr, pour conforter ce que nous avons engagé. Si c’est oui, nous resterons aussi, car ce référendum local n’a aucune légalité face à un projet national ! » Dans la salle, Marcel Thébaud, installé depuis 1999, est un des quatre « agriculteurs historiques » ayant refusé de quitter les lieux. « Oui, nous avons été indemnisés, mais nous refusons de partir. Nous n’avons pas encaissé les chèques. Nous les avons renvoyés à la Caisse des dépôts et consignations ! » À eux quatre, ils continuent d’exploiter quelque 400 hectares. « C’est vrai, d’autres ont accepté les indemnisations et continuent d’exploiter les terres ! Ce n’est pas plus mal, car ça évite les friches. Mais le jour où d’autres agriculteurs en auront besoin, nous les y installerons. »

(1) Film de 26 mn sur http://zad.nadir.org

ZAD.png

jeudi 18 février 2016

Samedi 27 février : mobilisation générale pour l’abandon du projet d’aéroport et l’avenir de la ZAD

Pour l’abandon du projet d’aéroport. Pour l’avenir de la ZAD. Ni expulsions, ni travaux

Face aux menaces du gouvernement, le mouvement anti-aéroport est plus dense et vivant que jamais. En témoignent la mobilisation en urgence de 20 000 personnes et près de 500 tracteurs sur le périphérique nantais le 9 janvier, les actions de blocages et mobilisations paysannes qui ont suivi, le rassemblement devant le tribunal de Nantes et les multiples manifestations dans des dizaines d’autres villes en France et au-delà. La résistance à Notre-Dame-des-Landes est aujourd’hui devenue emblématique de tant d’autres luttes contre les destructions environnementales et sociales, de tant de combats face à la disparition des terres agricoles ou aux causes du changement climatique. Elle marque un refus ferme de la marchandisation continue du territoire et de nos vies.

Ce qui se construit sur la ZAD est porteur d’un immense espoir parce que s’y inventent d’autres manières d’habiter le monde, de cultiver, de créer et de s’organiser en commun. Les 30 et 31 janvier, c’est un millier de personnes qui sont venues participer à plus de 30 chantiers simultanés pour renforcer ce que Vinci voudrait détruire. En ces temps d’état d’urgence en passe de devenir perpétuel et d’atteinte prolongée aux libertés publiques, la détermination qui anime le bocage est un encouragement contagieux à ne pas se résigner.

Mais le 25 janvier, le juge des expropriations a prononcé l’expulsion des paysan-ne-s et habitant-e-s légaux de la ZAD : immédiate pour les exploitations agricoles, sous deux mois pour les habitations. Les quelques 200 nouvelles personnes qui, depuis 2007, se sont installées sur la ZAD pour y vivre et la protéger, sont, elles aussi, susceptibles d’être délogées par la force. La décision de passer à l’acte est aujourd’hui entre les mains du gouvernement. Hollande s’était engagé à attendre la fin des recours juridiques contre le projet d’aéroport. Ceux-ci ne sont pas épuisés : les recours contre les arrêtés loi sur l’Eau et Espèces Protégées sont en appel, une procédure de pré-contentieux est encore pendante devant la Commission Européenne. Pourtant, Valls, de son côté, martèle toujours sa volonté d’expulser la ZAD et de démarrer les chantiers à court terme, confortant les porteurs du projet. Des premiers travaux de défrichage sont censés commencer avant la mi-mars.

Si la pression sur l’ensemble de la zone est aujourd’hui plus forte que jamais, il n’est pas question de partir et de laisser la place aux tractopelles de Vinci, ni de vivre continuellement avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Il n’est pas non plus question de diminuer notre propre pression sur les porteurs du projet et le gouvernement. Au contraire, c’est maintenant qu’il faut enfin gagner l’abandon du projet d’aéroport par notre mobilisation !

Dans le bras de fer qui s’est engagé, la puissance du mouvement dans la France entière pendant les semaines à venir va être décisive. Toutes les composantes de la lutte appellent donc à multiplier les actions de solidarité, en préambule d’une journée de mobilisation massive et générale le 27 février. Cette journée aura pour mot d’ordre l’arrêt des menaces d’expulsion sur les paysan-ne-s et habitant-e-s de la ZAD, ainsi que l’abandon définitif du projet d’aéroport. Nous invitons tous les comités et soutiens à relayer très fortement l’appel pour cet événement et à organiser des bus et convois pour s’y rendre.

Nous nous rassemblerons le 27 février en fin de matinée, précisément là où les travaux sont censés commencer, pour y faire la démonstration concrète de notre capacité à les bloquer. Nous convergerons ensuite vers une grande fête pour l’avenir de la ZAD.

Les différentes heures exactes de rendez-vous et points de départ des cortèges seront précisés par la suite.

Celles et ceux qui habitent et cultivent la ZAD ne la quitteront pas !

Il n’y aura jamais d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes !

afich27fev16_web_800x573-c890f.jpg

samedi 2 janvier 2016

Non aux expulsions à Notre-Dame-des-Landes - Journée de mobilisations sur Nantes et ailleurs, le samedi 9/01/2016

Le gouvernement trahit les accords obtenus par la lutte selon lesquels ni les travaux de l'aéroport ni les expulsions ne commenceraient avant l'épuisement des recours juridiques.

En effet, les habitants et paysans dits « historiques », qui étaient propriétaires ou locataires avant la déclaration d'utilité publique (DUP), ont été assignés en référé expulsion le 10 décembre. AGO-Vinci demandait l'expulsion immédiate des habitants, avec pour contrainte une astreinte financière de 200 à 1000€ par jour. Et mise sous séquestre des biens et cheptels.

Le moment était sans doute malvenu sur le plan politique : COP21 et élections régionales. Les deux avocats ont accepté la mise en suspens de la procédure, celui d'AGO-Vinci affirmant sa volonté de la relancer en janvier.

Après que les tentatives de vider la ZAD par les forces policières ont échoué en 2012, l’État essaie maintenant de le faire sous la pression financière sans même avoir à se risquer à venir sur le terrain.

Il n'est pas question de laisser l’État expulser une partie d'entre nous, ni même de laisser peser une telle menace sur l'ensemble des habitants de la zone. Notre perspective est l'abandon du projet, cependant notre force collective doit arracher immédiatement l'engagement de l’État à renoncer à toute procédure d'expulsion jusqu'à ce que tous les recours soient menés à leur fin.

Le 30 décembre, AGO-Vinci a relancé la procédure pour une audience contradictoire le mercredi 13 janvier. Une AG le soir même a décidé d'avancer la mobilisation au samedi précédent.

Nous appelons donc à une forte mobilisation le 9 janvier sur le périphérique de Nantes, en convois de tracteurs, vélos, marcheurs, convergeant vers Cheviré, pour un grand banquet partagé au pied du pont, victuailles tirées des sacs. Le tout dans une ambiance enthousiaste, conviviale et sereine, celle que nous avons su conserver pendant les huit jours de notre convoi « CAP sur la COP » malgré l'état d'urgence. L'action de cette journée autour de Nantes sera assumable par tous et toutes et gérée ensemble de bout en bout. Nous nous portons collectivement garants de son succès. Nous ne laisserons jamais disparaître les terres de la zad et tous ceux qui la font vivre.

Nous appelons donc à nous rejoindre pour une mobilisation le 9 janvier 2016, que ce soit :

- à la tracto-vélo de Notre-Dame-des-Landes à 8h30, qui ira jusqu'au périphérique de Nantes

- si vous n'avez pas de vélo : à la manifestation piétonne (les deux se rejoindront)

et si vous êtes trop loin, à des manifestations, blocages, occupations et autres formes d'actions près de chez vous en solidarité contre les expulsions, (plutôt) le 9 ou le 16 janvier, selon possibilités locales appréciées par les comités de soutien... Rennes, Toulouse, d'autres villes... ont déjà annoncé des actions.

À l'appel des composantes de la lutte contre l'aéroport :

des membres de la Coordination (ACIPA, ADECA, Agissons Pour l’Avenir, ATTAC, CANVA, CéDpa, CELA, Confédération Paysanne 44, décroissanceS-MOC, GAB44, PG44, NPA, UD44 Solidaires, EELV, ENSEMBLE !, Nature-Avenir, Natur-Action, OBSLAB, Vertou Écologie Solidarité, Sèvre Propre 2015, Solidarités Écologie), le COPAIn, Naturalistes en lutte, des habitant-e-s de la ZAD, des comités de soutien...

acipa.jpg

dimanche 15 juin 2014

Préparons l'occupation du ciel !

Samedi 5 juillet, dans le cadre des festivités organisées par les opposants au projet d'aéroport à NDDL, une animation OCCUPATION DU CIEL sera organisée sur le site du rassemblement avec envol de ballons, cerfs-volants, lanternes, etc.

Notre AMAP propose de préparer les envols en mettant à disposition lors des distributions du jeudi des lanternes à décorer. Ces lanternes autopropulsées par air chaud sont fournies avec le carburant!

  • 1-Acquisition d'une ou de plusieurs de ces lanternes en papier vendues à prix coûtant (5€/ pièce).
  • 2 -Décoration d'ici le 5 juillet de la chose à sa guise (slogans, autocollants...), en exprimant tout le "bien" que chacun pense du projet de NDDL !
  • 3 -Et libération le 5 juillet au soir sur le site de la fête à NDDL... Ou de chez soi en solidarité.

_DSC0013.JPG

vendredi 23 mai 2014

NDdL : l'abandon, c'est maintenant

affiche-ndl2014.jpg

samedi 15 février 2014

22 février : pour dire NON à ce projet dingue d'aéroport !

Le 22 février prochain, nous serons toutes et tous à Nantes pour dire et répéter :

vinci.jpg

ndl.jpg

mardi 12 février 2013

Article de Ouest-France du 9 février

AMAP.JPG

vendredi 1 février 2013

Chaîne humaine citoyenne pour enterrer le projet d'aéroport

Samedi 11 mai, enterrons le projet !

http://www.chaine-humaine-stop-aeroport.org

chaine-humaine-citoyenne.png

chaine.bmp

samedi 26 janvier 2013

Détachez vos ceintures ! Un aller-simple pour Notre-Dame-des-Luttes

Détachez vos ceintures ! Un aller-simple pour Notre-Dame-des-Luttes

Quand plus de 60 auteurs et 16 éditeurs, regroupés sous le label des éditions du Kyste, s’associent pour informer sur le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, dénoncer le caractère absurde et obsolète de la logique qui le gouverne et soutenir ses opposants, cela donne

144 pages de textes et d’images pour dire « Vinci dégage ! ».

Sortie lors du festival d’Angoulême 2013, en librairie le 15 février.

Tous les bénéfices générés par les ventes de ce livre seront reversés à l’ACIPA (Association Citoyenne Intercommunale des Populations concernées par le projet d’Aéroport de Notre-Dame-des-Landes).

affichea3-73c61.png